Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos des auteurs

  • Martial Van der Linden est docteur en psychologie, professeur de neuropsychologie et psychopathologie aux Universités de Genève et de Liège. Une partie de ses travaux est consacrée aux effets du vieillissement sur le fonctionnement dans la vie quotidienne, et ce, dans une perspective plurifactorielle et intégrative.
  • Anne-Claude Juillerat Van der Linden est docteure en psychologie, chargée de cours à l'Université de Genève et psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie. Après 20 ans en tant que responsable à la Consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève, elle a créé et dirige la consultation "Vieillir et bien vivre" à la maison de santé Cité Générations.
  • Tous deux ont fondé en 2009 une association du nom de VIVA (Valoriser et intégrer pour vieillir autrement), qui promeut à l'échelle locale des mesures de prévention du vieillissement cérébral problématique.
  • En savoir plus : http://www.unige.ch/fapse/psychoclinique/upnc/

Rechercher Dans Le Blog

Pour nous contacter

Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire à :

contact@mythe-alzheimer.org

1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 17:02

Nous avons précédemment montré en quoi il existe encore trop fréquemment dans les structures d’hébergement à long terme un style de communication qui a été appelé le parler « personnes âgées » ou le parler condescendant/infantilisant (voir la chronique « Améliorer la communication dans les structures d’hébergement des personnes âgées : réduire le parler mémé ou pépé ! » ). Ce parler se caractérise par un rythme plus lent, une intonation exagérée, un ton de voix de hauteur élevée, un volume plus fort, de nombreuses répétitions, un vocabulaire et une grammaire simplifiés, l’utilisation de diminutifs (« mémé », « papy »…), la présence de petites questions ajoutées à la fin d'une phrase («…, n’est-ce pas ? »), l’utilisation de pronoms collectifs (« on est prêt pour notre bain ») ou encore l’adoption du tutoiement.

 

En utilisant ce type de communication, les membres du personnel peuvent, sans réellement en prendre conscience, renforcer la dépendance et favoriser l’isolement, ainsi que la dépression, chez les résidants, ce qui contribue à une spirale de déclin physique, cognitif et fonctionnel.

 

Williams et al. (2009) ont examiné dans quelle mesure le parler « personnes âgées » était associé à la résistance aux soins (ou au rejet des soins) chez les personnes présentant un vieillissement cérébral/cognitif problématique ou une « démence ».

 

La résistance aux soins et le rejet des soins sont des phénomènes fréquents chez les personnes présentant un vieillissement cérébral/cognitif problématique (une « démence ») et vivant dans une structure d’hébergement à long terme. Ces comportements contribuent fortement au stress et à l’épuisement des soignants, et donc aussi au renouvellement du personnel. Ils constituent également une source de frustration pour les soignants, pouvant conduire à une réduction des contacts avec le résidant ou à une augmentation des épisodes de confrontation. Les résidants perçus comme opposants sont également plus à risque d’être contraints physiquement et de recevoir des antipsychotiques.

 

Les auteurs ont analysé les enregistrements vidéo de 80 interactions entre 20 résidants présentant une « démence » et 52 membres du personnel, les participants ayant été recrutés au sein de 3 structures d’hébergement à long terme. Les interactions ont été enregistrées durant les interventions des membres du personnel dans des activités de base de la vie quotidienne. Les enregistrements ont été analysés afin d’examiner, au plan psycholinguistique, la présence d’un langage « personne âgée » et au plan comportemental, la fréquence et l’intensité de comportements problématiques perturbant les interventions durant les activités de base de la vie quotidienne (13 comportements étaient évalués comme par exemple, repousser, se tourner, dire non, menacer, etc.). Les personnes qui décodaient les enregistrements avaient reçu un entraînement intensif de plusieurs mois afin d’aboutir à une fidélité très élevée du codage.

 

Des analyses statistiques élaborées (modèle hiérarchique bayésien et modèle généralisé estimant des équations ou GEE) ont effectivement mis en évidence que la probabilité de résister aux soins (ou de rejeter les soins) s’accroît significativement en présence d’un langage « personnes âgées » (.55, 95% CrI,.44-.66),  en comparaison à un langage normal (.26, 95% CrI,.12-.44).

 

Williams et al. (2003) ont par ailleurs montré qu’un bref programme de sensibilisation et d’apprentissage peut conduire à modifier le parler « personnes âgées » chez des membres du personnel de structures d’hébergement à long terme. Des recherches devraient maintenant être menées afin d’examiner l’impact de ces modifications de la communication sur la résistance aux soins.

 

Il faut enfin noter qu’une étude (Ishii et al., 2010) menée auprès de 3’230 personnes âgées résidant dans des structures d’hébergement à long terme (dont 312, ou 9.7%, avaient montré un rejet des soins dans les 5 jours précédents) a révélé que le rejet des soins était significativement associé à la présence d’un état de délire, d’idées délirantes, de symptômes dépressifs (majeurs et mineurs) et de douleurs très importantes. Bien que le caractère transversal de cette recherche empêche d’affirmer l’existence d’un lien de causalité, ces données suggèrent que la résistance aux soins et le rejet des soins sont associés à des facteurs modifiables qui (comme c’est le cas pour le langage « personnes âgées ») traduisent une non prise en compte spécifique des besoins des résidents et qui pourraient faire l’objet d’interventions appropriées.

 

elderspeak.jpg

 

Ishii, S., Streim, J.E., & Saliba, D. (2010). Potentially reversible resident factors associated with rejection of care behaviors. Journal of the American Geriatrics Society, 58, 1693-1700.

Williams, K.N., Herman, R., Gajewski, B., & Wilson, K. (2009). Elderspeak communication: Impact on dementia care. Alzheimer’s Disease & Other Dementias, 24, 11-20.

Williams, K., Kemper, S., & Hummert, M.L. (2003). Improving nursing home communication: An intervention to reduce elderspeak. The Gerontologist, 43, 242-247.

Partager cet article

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Structures d'hébergement à long terme
commenter cet article

commentaires

Mutuelle senior 19/09/2012 09:15


Merci car sans cette publication, nous n'aurions pas eu connaissance de cette réalité