Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos des auteurs

  • Martial Van der Linden est docteur en psychologie, professeur de neuropsychologie et psychopathologie aux Universités de Genève et de Liège. Une partie de ses travaux est consacrée aux effets du vieillissement sur le fonctionnement dans la vie quotidienne, et ce, dans une perspective plurifactorielle et intégrative.
  • Anne-Claude Juillerat Van der Linden est docteure en psychologie, chargée de cours à l'Université de Genève et psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie. Après 20 ans en tant que responsable à la Consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève, elle a créé et dirige la consultation "Vieillir et bien vivre" à la maison de santé Cité Générations.
  • Tous deux ont fondé en 2009 une association du nom de VIVA (Valoriser et intégrer pour vieillir autrement), qui promeut à l'échelle locale des mesures de prévention du vieillissement cérébral problématique.
  • En savoir plus : http://www.unige.ch/fapse/psychoclinique/upnc/

Rechercher Dans Le Blog

Pour nous contacter

Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire à :

contact@mythe-alzheimer.org

28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 23:05

« L’étiologie de la démence liée à l’âge est plus complexe que ce que nous pensons ». C’est le titre d’un article récent dans lequel McDonald et al. (2010), se fondant sur une présentation de recherches effectuées tant chez l’humain que chez l’animal, défendent l’idée selon laquelle l’étiologie de la démence liée à l’âge est hétérogène et implique de multiples facteurs en interaction (voir également McDonald, 2002, pour une présentation préalable de cette conception). Les auteurs indiquent que la plupart des chercheurs doivent savoir intuitivement que la « démence » est multifactorielle, mais qu’ils ne prennent pas complètement en compte les implications de ce constat.

 

Leur conception théorique propose que la démence liée à l’âge est la conséquence d’interactions entre diverses combinaisons de facteurs, incluant les facteurs génétiques, les plaques séniles et dégénérescences neurofibrillaires, les modifications dans les neurotransmetteurs, les anomalies vasculaires, les hormones de stress, les rythmes circadiens, les crises d’épilepsies, les traumatismes crâniens, les prions, les oestrogènes, l’apoptose, le stress oxydatif, les toxines environnementales ou encore le métabolisme du glucose.

 

Ces facteurs sont divisés en facteurs passifs, qui créent un environnement neuronal rendant les neurones plus sensibles à des agents ou forces nuisibles, et en facteurs actifs, qui sont précisément ces agents et forces nuisibles pouvant produire la mort neuronale. Les auteurs prédisent qu’une combinaison d’au moins un facteur de chaque catégorie serait requise pour produire des problèmes cérébraux significatifs. Une personne soumise à des facteurs multiples des deux catégories présenterait des problèmes cérébraux plus importants. Ils indiquent cependant que beaucoup de facteurs peuvent avoir des composantes à la fois passives et actives, ce qui rend la distinction entre facteurs passifs et actifs quelque peu artificielle. Les auteurs présentent des exemples tirés de leurs propres recherches menées sur l’animal et sur les dysfonctionnements hippocampiques pour montrer la pertinence d’une telle approche 

 

Une prédiction de cette conception est que différentes combinaisons de facteurs activeront des mécanismes différents de dysfonctionnement cérébral. En outre, deux personnes pourraient présenter des symptômes cliniques similaires, tout en ayant des combinaisons de facteurs différentes.

 

Cette approche des déclins cognitifs liés à l’âge est évidemment encore loin d’avoir abouti à un ensemble de conclusions indiscutables, en particulier chez l’humain, mais elle constitue un signe de plus montrant la nécessité d’assumer réellement la complexité du vieillissement cérébral (voir également Fotuhi et al., 2009 ;  Mondragón-Rodriguez et al., 2010). Les auteurs insistent aussi sur l’importance qu’il y a à intensifier la recherche concernant le rôle de différentes combinaisons et interactions de facteurs dans les déficits cognitifs liées à l’âge et à explorer les mécanismes développementaux qui pourraient contribuer à la présence de certaines combinaisons de facteurs durant la vieillesse.

 

rmcdonald.jpg 

 

 

 

Robert McDonald


Fotuhi, M., Hachinski, V., & Whitehouse, P. (2009). Changing perspectives regarding late-life dementia. Nature Reviews Neurology, 5, 649-658.

McDonald, R.J. (2002). Multiple combinations of co-factors produce variants of age-related cognitive decline: a theory. Canadian Journal of Experimental Psychology, 56, 221-239.

McDonald, R.J., Craig, L.A., & Hong, N.S. (2010). The etiology of age-related dementia is more complicated that we think. Behavioural Brain Research, sous presse.

Mondragón-Rodriguez, S., Basurto-Islas, G., Lee, H.-G., Perry, G., Zhu, X., Castellani, R.J., & Smith, M.A. (2010). Causes versus effects : The increasing complexities of Alzheimer's disease pathogenesis. Expert Review of Neurotherapeutics, 10, 683-691.

Partager cet article

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Démythifier le mythe
commenter cet article

commentaires