Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos des auteurs

  • Martial Van der Linden est docteur en psychologie, professeur de neuropsychologie et psychopathologie aux Universités de Genève et de Liège. Une partie de ses travaux est consacrée aux effets du vieillissement sur le fonctionnement dans la vie quotidienne, et ce, dans une perspective plurifactorielle et intégrative.
  • Anne-Claude Juillerat Van der Linden est docteure en psychologie, chargée de cours à l'Université de Genève et psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie. Après 20 ans en tant que responsable à la Consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève, elle a créé et dirige la consultation "Vieillir et bien vivre" à la maison de santé Cité Générations.
  • Tous deux ont fondé en 2009 une association du nom de VIVA (Valoriser et intégrer pour vieillir autrement), qui promeut à l'échelle locale des mesures de prévention du vieillissement cérébral problématique.
  • En savoir plus : http://www.unige.ch/fapse/psychoclinique/upnc/

Rechercher Dans Le Blog

Pour nous contacter

Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire à :

contact@mythe-alzheimer.org

9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 23:23

Il est fréquent d’entendre les proches d’une personne âgée présentant un vieillissement cérébral problématique (étiqueté du terme impropre de « démence ») indiquer que les troubles sont apparus à la suite d’un événement stressant et grave, tel que le décès d’un membre de la famille (par ex., un enfant) ou des difficultés familiales.

En dépit du fait que cette association est également très souvent évoquée par les cliniciens, peu de recherches se sont penchées sur cette question. Cependant, une étude récente menée en Grèce par Tsolaki et al. (2010) a montré que chez 77.9% de 1271 personnes ayant reçu un diagnostic de démence (dans le décours d’un suivi d’une durée de 7 ans), les proches ont rapporté, suite à une question standardisée, la présence d’un événement stressant durant l’année ayant précédé le début des difficultés. Un événement stressant était défini comme un événement nouveau et/ou imprévisible, sur lequel la personne sentait n’avoir aucun contrôle. L’événement le plus fréquent était l’annonce d’une maladie menaçant la vie (37.1%), puis des problèmes familiaux (12.4%), le décès du conjoint (7.9%) et ensuite le décès d’un frère ou d’une sœur ou d’une autre personne aimée (6.1%). Seulement 55% des personnes d’un groupe de personnes âgées sans « démence » ont indiqué avoir  vécu des événements stressants, ce qui est significativement différent du pourcentage rapporté chez les personnes avec vieillissement problématique.

Ces résultats confirment donc l’impression clinique selon laquelle un événement stressant et grave pourrait contribuer au déclenchement du déclin cognitif. Dans une recherche antérieure, Charles et al. (2006) ont également montré que 79 % des proches aidants qui avaient répondu à la question posée sur ce thème ont indiqué que des événements de vie pouvaient avoir joué un rôle dans le développement des troubles de la personne âgée, avec en premier le décès du conjoint (15.39%), puis le décès d’un parent (15%), une difficulté familiale (10.08%) et une anesthésie (8.49%).

L’association rapportée n’implique pas nécessairement l’existence d’un lien de causalité : comme l’indiquent justement Charles et al. (2010), il se pourrait  que les proches aient alloué une attention plus forte à la personne âgée suite à l’apparition des premiers problèmes cognitifs et l’aient ainsi observé de façon plus intense consécutivement à l’événement stressant. Néanmoins, ces résultats invitent à la mise en place de nouvelles études visant à mieux identifier le phénomène. S’il se confirmait, il s’agirait alors d’en comprendre les mécanismes (en tenant compte notamment des effets d’un stress important sur le fonctionnement neurobiologique et cognitif) et d’examiner le rôle probable de la personnalité antérieure, des capacités de régulation et du niveau de stress vécu avant et autour de la cinquantaine (voir notre chronique « Risque de démence et stress psychologique » ; voir aussi Rothman & Mattson, 2010), en interaction avec l’existence d’une fragilité cognitive préalable. Ces travaux pourraient en outre permettre d’envisager la mise en place de mesures de prévention (voir Tsolaki, 2009).

Charles, E., Bouby-Serieys, V., Thomas, P., & Clément, J.P. (2006).  Links between life events, traumatism and dementia: an open study including 565 patients with dementia. L’Encéphale, 32, 746-752.

Rothman, S.M., & Mattson, M.P. (2010). Adverse stress, hippocampal networks, and Alzheimer’s disease. NeuroMolecular Medicine, 12, 56-70.

Tsolaki, M. (2009). Severe psychological stress in elderly individuals: A proposed model of neurodegeneration and its implications. American Journal of Alzheimer’s Disease & Other Dementias, 24, 85-94.

Tsolaki, M., Papaliagkas, V., Kounti, F., Messini, Ch., Boziki, M., Anogianakis, G., & Vlaikidis, N. (2010). Severely stressful events and dementia : A study of an elderly Greek demented population. Psychiatry Research, 176, 51-54.      

Partager cet article

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Prévention
commenter cet article

commentaires