Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos des auteurs

  • Martial Van der Linden est docteur en psychologie, professeur de neuropsychologie et psychopathologie aux Universités de Genève et de Liège. Une partie de ses travaux est consacrée aux effets du vieillissement sur le fonctionnement dans la vie quotidienne, et ce, dans une perspective plurifactorielle et intégrative.
  • Anne-Claude Juillerat Van der Linden est docteure en psychologie, chargée de cours à l'Université de Genève et psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie. Après 20 ans en tant que responsable à la Consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève, elle a créé et dirige la consultation "Vieillir et bien vivre" à la maison de santé Cité Générations.
  • Tous deux ont fondé en 2009 une association du nom de VIVA (Valoriser et intégrer pour vieillir autrement), qui promeut à l'échelle locale des mesures de prévention du vieillissement cérébral problématique.
  • En savoir plus : http://www.unige.ch/fapse/psychoclinique/upnc/

Rechercher Dans Le Blog

Pour nous contacter

Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire à :

contact@mythe-alzheimer.org

26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 20:43

Cette chronique reprend le contenu de la présentation faite le 25 septembre 2010 par M. Van der Linden à Petit-Lancy dans le cadre d'un cycle de conférences co-organisées par l'Association VIVA, l'Association des EMS de Lancy et le Service des affaires sociales de la Ville de Lancy. Signalons que ces conférences se sont tenues dans un lieu d'hébergement à long terme pour personnes âgées et que bon nombre de ces dernières ont assisté à l'exposé, ainsi que leurs proches, des professionnels de santé, des habitants de la commune et des représentants d'associations ou des autorités cantonales de la Santé.

 

De plus en plus de voix plaident pour un changement de culture dans les structures d’hébergement à long terme (établissements médico-sociaux; EMS) des personnes âgées : il s’agit de passer d’une pratique qui se focalise sur la sécurité, l’uniformité et les questions médicales, à une approche dirigée vers le résidant en tant que personne et vers la promotion de son autonomie, de son bien-être et de sa qualité de vie (voir notre chronique "Les structures d'hébergement à long terme des personnes âgées : la nécessité d'un changement de culture").


Plusieurs principes peuvent être à la base d’un tel changement. En particulier, des études ont montré l’importance capitale du réseau social, de l’attachement à des personnes privilégiées, du sentiment d’être reconnu en tant que personne et de la possibilité de s’occuper d’autrui pour la qualité de vie et la santé des personnes âgées en EMS (voir notamment la chronique "Des relations d'attachement...").

 

Il paraît ainsi essentiel de mettre en place un cadre général d’analyse et d’intervention (Cook & Clarke, 2010), afin de susciter davantage d’interactions sociales, tout en respectant les moments de solitude et de retrait dont les personnes ont aussi besoin. Il est également important de modifier le type de langage trop souvent adopté vis-à-vis des personnes âgées : un langage « pépé ou mémé », qui induit dépendance, baisse de l’estime de soi, dépression et résistance aux soins (voir notre chronique "Améliorer la communication...").


Il s’agit encore de faire en sorte que les personnes âgées en institution gardent un sentiment de contrôle et de responsabilité sur les événements quotidiens, ce qui implique notamment de réfléchir aux questions de la prise de risques et du rôle des résidants dans les décisions (voir les chroniques " Démence et risque : les territoires contestés de la vie quotidienne" et "Des études anciennes, mais qui gardent toute leur pertinence... L'importance du sentiment de contrôle de son existence"). La personne âgée doit également préserver un sentiment d'identité et de continuité : des séances dans lesquelles elle passe sa vie en revue et élabore un livre de vie peuvent y contribuer (voir la chronique "Passer en revue sa vie passée et établir un livre de vie..." ).


Un autre facteur important concerne la réalisation d’activités qui ont un sens pour la personne, qui lui procurent un sentiment d’utilité, qui lui permettent d’apporter son aide à d’autres : ceci suppose, notamment, la mise en place de connexions directes avec la société et l’intégration plus importante des personnes âgées dans le fonctionnement quotidien de la structure d’hébergement. Il faut être attentif au fait que l’apathie ou le non engagement des personnes âgées dans des activités peut découler de facteurs physiologiques dont l’importance est souvent négligée : c’est le cas notamment des troubles du sommeil (chronique "Les relations réciproques entre troubles du sommeil et activités de vie quotidienne"). Pour  les pallier, il existe des interventions psychologiques permettant d'améliorer efficacement le sommeil, le recours aux benzodiazépines devant être évité au maximum du fait qu'ils aggravent les problèmes cognitifs et provoquent des chutes et des idées délirantes.


Enfin, il faut considérer la question des personnes qui vivent en institution et qui présentent des difficultés cognitives et compotementales importantes. De manière générale, il s’agit de passer d'interprétations biomédicales à des interprétations qui prennent en compte la signification psychologique des difficultés. Il importe également d’éviter le langage médical qui « pathologise » et stigmatise. Plus spécifiquement, il est indispensable de concevoir des interventions (non pharmacologiques) individualisées, taillées sur mesure en fonction des besoins, des aspirations et des difficultés spécifiques de chaque personne. Par exemple, il faudrait envisager la toilette et le bain, souvent sources d'agitation, d'inconfort ou d'agressivité, en prenant d'abord en compte les souhaits et les habitudes des personnes, plutôt que les exigences de la tâche. Diverses dimensions du bain ou de la toilette doivent ainsi être analysées : les techniques et le matériel de toilette, l'environnement de bain, les activités durant le bain, et aussi les attitudes, les besoins du personnel (Cohen-Mansfield & Parpura-Gil, 2007). Il faut noter que les médicaments psychotropes sont peu efficaces pour les problèmes de comportement et qu'ils ont des effets indésirables importants, tels que accidents vasculaires cérébraux, chutes et augmentation de la mortalité. En 2008, le groupe parlementaire britannique sur la démence (All-Party Parliamentary Group on Dementia) a conclu que « La prescription généralisée de médicaments antipsychotiques aux personnes présentant une démence constitue une atteinte aux droits de l'homme et le temps d'agir est maintenant venu.»


Enfin, diverses techniques aisément applicables au quotidien peuvent être utilisées pour optimiser la mémoire ou l’attention des personnes âgées (par exemple, la technique de récupération espacée, visant à améliorer l’acquisition en mémoire de nouvelles informations, comme le nom d’un nouveau membre du personnel).

 

De façon générale, des activités qui ont un sens, la possibilité d'aider autrui, une vie sociale active et engagée, le maintien d'un sentiment d'identité et de continuité, un sentiment de contrôle et de responsabilité sur son existence, la réduction  du stress et de l'anxiété, un bon sommeil, des interventions et des soins taillés sur mesure, la diminution du recours à certains médicaments et une activité physique régulière favoriseront une bonne qualité de vie.  

 

En cliquant ici, vous pouvez accéder aux diapositives présentées.

 

conf_martial.jpg©VIVA 2010

 

Cohen-Mansfield, J., & Parpura-Gil, A. (2007). Bathing : A framework for intervention focusing on psychosocial, architectural and human factors considerations. Archives of Gerontology and Geriatrics, 45,  121-135.

Cook, G., Clarke, C. (2010). A framework to support social interventions in care homes. Nursing Older People, 22(3), 16-21.


Partager cet article

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Structures d'hébergement à long terme
commenter cet article

commentaires

jabitacarpentra.over-blog.com 28/09/2010 20:59



Merci pour l'ensemble de vos articles qui sont tous extrêmement instructifs; je me nourris de vos travaux en tant qu'Aide médico psychologique et contribue à
les faire connaître sans vergogne.


Continuez, sans relâche, pour l'amour de la justice et de la vérité; pour l'avenir de nos Ainés et leur  respect, car je sais d'expérience combien ils
le méritent.


LL



mythe-alzheimer 29/09/2010 20:18



Bonjour Madame,


Un grand merci pour votre soutien et aussi pour la diffusion de nos chroniques. Votre message nous encourage à poursuivre notre engagement pour une autre conception du vieillissement et de l'aide
aux personnes âgées vulnérables et confrontées à des difficultés.


Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, c'est avec des personnes comme vous que les choses changeront.


Bien amicalement,


Anne-Claude & Martial