Droits d'auteurs

L'ensemble de ce blog relève de la législation française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris les représentations photographiques.

La reproduction de tout ou partie de nos articles est formellement interdite, sauf autorisation expresse des responsables du blog.

La reproduction des textes du blog sur un support papier ou un site internet est autorisée, sous réserve du respect des trois conditions suivantes :

- gratuité de la diffusion

- respect de l'intégrité des documents reproduits (sans modification ou altération)

- citation claire et lisible de la source sous la forme suivante : "Document issu du site Internet http://www.mythe-alzheimer.over-blog.com. Les droits de reproduction sont réservés et strictement limités".

Dimanche 2 janvier 2011 7 02 /01 /Jan /2011 11:30

Nous avons fréquemment évoqué l'importance des relations intergénérationnelles pour la qualité de vie, la capacité d’engagement et le sentiment d'appartenance à une communauté des personnes âgées - même celles présentant un vieillissement cérébral/cognitif problématique.

 

Plusieurs études ont exploré les effets des relations intergénérationnelles sur les personnes âgées. Dans l’ensemble, ces études suggèrent que les contextes intergénérationnels augmentent les émotions positives, l’estime de soi, la satisfaction de vie et stimulent le fonctionnement cognitif des personnes âgées (voir Kessler & Staudinger, 2007). Il a également été montré que le volontariat dans le cadre d’une école intergénérationnelle avait un effet bénéfique sur le fonctionnement de la mémoire dans la vie quotidienne, l’humeur positive ou le stress des personnes âgées, y compris celles ayant reçu un diagnostic de « démence » (Newman et al., 1995 ; George & Singer, 2010). On a aussi observé que les programmes intergénérationnels impliquant personnes âgées et adolescents pouvaient contribuer à la réduction des stéréotypes négatifs liés à l’âge (Fox & Giles, 1993). Cependant, ces travaux manquent le plus souvent de rigueur méthodologique et restent essentiellement athéoriques.

 

Quelques études mieux contrôlées ont toutefois été menées. Ainsi, par exemple, Adams et al. (2002) ont fait apprendre à des personnes âgées une histoire, puis leur ont demandé de les raconter de mémoire, soit à un enfant soit à un adulte. Les résultats montrent que les personnes âgées (des femmes âgées) rappellent plus d’éléments de l’histoire dans la condition où c’est un enfant qui est présent lors du rappel. En fait, dans cette condition, les femmes âgées rappellent autant d’éléments que des participants jeunes.

 

Dans une autre étude, Mergler et al. (1985) ont fait lire des textes par des lycéens, des personnes dans la cinquantaine et des personnes âgées, puis ont demandé à des étudiants (également lycéens) qui avaient assisté à la lecture de rappeler de mémoire les informations contenues dans le texte (ils n’avaient pas été prévenus préalablement qu’il s’agissait d’une tâche de mémoire). Les résultats montrent que les lycéens rappellent plus d’informations quand le texte a été lu par les personnes âgées.

 

Ces résultats sont compatibles avec l’idée selon laquelle la signification attachée à la situation influence lourdement l’importance avec laquelle une personne va engager ses ressources cognitives. Tant les personnes jeunes qu’âgées semblent percevoir les interactions intergénérationnelles et le transfert de connaissances qui en résulte comme une situation signifiante dans laquelle il vaut la peine d’investir ses ressources cognitives. 

 

Un modèle des interactions intergénérationnelles entre personnes âgées et adolescents

 

Dans une perspective théorique plus articulée, Kessler et Staudinger (2007) ont élaboré un modèle décrivant les processus psychologiques généraux impliqués dans les relations intergénérationnelles, en se focalisant plus particulièrement sur les relations entre personnes âgées et adolescents. Les auteures distinguent ainsi deux niveaux de mécanismes : le niveau motivationnel et le niveau des exigences contextuelles.

 

Au plan motivationnel, elles postulent qu’il y a une base motivationnelle positive et favorable sous-tendant les relations entre les personnes âgées et les adolescents, associée à un effet facilitateur, tant sur les difficultés cognitives et affectives des personnes âgées (performances cognitives plus faibles et difficultés d’appréhender des situations cognitives/affectives complexes) que sur les faiblesses des adolescents (notamment en lien avec les comportements prosociaux). Ces effets facilitateurs résulteraient des préoccupations motivationnelles respectives des personnes âgées et des adolescents : les personnes âgées seraient guidées par une préoccupation motivationnelle de « générativité » (« generativity »), incluant le souhait de transmettre leur expérience de vie aux jeunes générations, alors que la préoccupation motivationnelle dominante des adolescents serait liée à la formation de l’identité personnelle, ainsi qu’à la recherche d’informations sur soi et sur le monde permettant de répondre à de futurs défis.

 

Cependant, ces effets motivationnels facilitateurs ne s’exprimeraient que si les exigences spécifiques de la situation d’interaction le permettent : il s’agit d’une part que les personnes âgées puissent transmettre leur expérience de vie et d’autre part que la curiosité et l’attention des adolescents soient stimulées.

En d’autres termes, si la situation assigne un statut d’expert à la personne âgée, cela va activer la motivation de « générativité », amenant la personne âgée à vouloir se consacrer à la génération plus jeune, ce qui sera associé au sentiment de pouvoir s’exprimer et se développer au plan personnel. Cela se traduira par une activation des ressources cognitives, ainsi par une attitude de non répression et d’affirmation de soi, permettant une régulation émotionnelle de plus grande complexité.

En ce qui concerne les adolescents, il faut que la situation d’interaction intergénérationnelle stimule leur attention et leur intérêt, via la recherche d’informations sur leur identité personnelle et sur le monde. En observant les personnes âgées se consacrer aux autres (à eux), les adolescents présenteront un accroissement des comportements prosociaux et des buts liés aux relations interpersonnelles.

Par contre, si les contraintes de la situation attribuent un rôle d’expert aux adolescents et que, dès lors, les personnes âgées ne sont pas capables de transmettre leur expérience de vie, aucun effet facilitateur ne sera observé.

 

L’étude de Kessler et Staudinger (2007)

 

Dans une recherche à la méthodologie très sophistiquée et rigoureuse, Kessler et Staudinger (2007) ont testé expérimentalement leurs hypothèses en mettant des paires « femme âgée – adolescente » dans une situation de collaboration pour réaliser une tâche complexe (pendant 20 minutes).

 

Une des tâches concernait un problème existentiel, pour lequel la personne âgée était censée avoir un statut d’expert (« Une personne réalise qu’elle n’a pas accompli dans sa vie ce qu’elle avait initialement mis en route. Discutez avec votre partenaire ce que vous recommanderiez à cette personne. Qu’est ce qu’elle devrait prendre en compte ? ». L’autre tâche, en lien avec les médias, était censée donner un statut d’expert à l’adolescente (« Un réalisateur TV a l’intention de produire un programme destiné aux adolescents. Discutez avec votre partenaire ce que vous recommanderiez à cette personne. Qu’est ce qu’elle devrait prendre en compte ? »). 

 

Les participantes, 90 femmes âgées (70-74 ans) et 90 adolescentes (14-15 ans), ont été réparties dans trois conditions :

* Condition 1 (expérimentale) : une interaction personne âgée - adolescente dans la tâche liée au problème existentiel (donnant un statut d’expert à la personne âgée).

* Condition 2 (contrôle) : une interaction personne âgée – adolescente dans la tâche liée aux médias (donnant un statut d’expert à l’adolescente)

* Condition 3 (contrôle) : une interaction « même génération », personne âgée – personne âgée et adolescente-adolescente, dans la tâche liée au problème existentiel.

 

Les effets directs de l’interaction ont été évalués sur base des facteurs suivants :

* Le comportement prosocial (adolescentes) : les adolescents lisaient une lettre rédigée par une organisation sans but lucratif qui recrutait des volontaires adolescents pour aider des enfants et adolescents, malades à l’hôpital ; la variable dépendante était le choix des adolescentes d’être ou non volontaires, en prenant des contacts sous des formes diverses (écrire des lettres ou des courriels, téléphoner, etc.).

* Les buts relationnels (adolescentes) : les adolescentes devaient compléter des débuts de phrases (p. ex., « Au cours de l’année prochaine… ») et leurs productions étaient évaluées en déterminant si elles correspondaient à des souhaits, désirs, buts en lien avec soi ou autrui.

* La complexité cognitive-affective (personnes âgées) : il s’agissait d’évaluer la capacité d’envisager les personnes et les événements d’une manière ouverte, tolérante et complexe en se focalisant tant sur les aspects positifs que négatifs, de soi et des autres ; cette dimension psychologique a été évaluée via les idées spontanées émises par les personnes âgées en réaction à la présentation d’une situation ambiguë (par ex., « Une femme âgée se trouvant dans une ville dans laquelle elle n’a jamais été auparavant ». Les participantes devaient répondre pendant 5 minutes à trois questions : « Comment la femme a-t-elle pu arriver dans cette ville ? Que peut-elle bien faire là ? Que peut-elle penser et ressentir ? »). Les réponses étaient évaluées sur une échelle à quatre niveaux par deux juges indépendants : un score de niveau 4 était attribué si les réponses incluaient des perspectives multiples sur les raisons de la présence de la femme âgée dans la ville et si des sentiments et des pensées positifs et négatifs lui étaient attribués.

* Le fonctionnement cognitif (personnes âgées) : la vitesse mise pour comparer des lettres, la fluence verbale et le raisonnement logique ont été évalués ; les auteures prédisaient un effet spécifique de l’activation de la « générativité » sur les tâches ayant une composante de vitesse de traitement (comparaison de lettres et fluence verbale), et pas d’effet sur le raisonnement logique (impliquant davantage des processus de coordination).

Enfin, les participantes étaient soumises à des questions évaluant le degré avec lequel elles avaient ressenti une motivation de « générativité » (par ex., « J’ai été capable de transmettre beaucoup de choses à ma partenaire ») ou de « formation de l’identité » (par ex., « Je tenais à apprendre des expériences personnelles de ma partenaire »).

 

Résultats

 

Les résultats montrent tout d’abord que les participants dans la condition 1 (condition expérimentale) ont effectivement un niveau plus élevé de « générativité » (personnes âgées) et de formation de l’identité (adolescentes) que les participantes des conditions de contrôle.

 

De plus, une grande partie des hypothèses est confirmée :


* Les adolescentes ayant travaillé avec les femmes âgées sur un problème existentiel complexe (condition 1 expérimentale) ont montré plus de choix prosociaux que les adolescentes des deux autres conditions (aucun effet n’a cependant été observé pour les buts relationnels, ce qui a été interprété par les auteures comme résultant des réponses trop stéréotypées induites par la tâche de complétion de phrases).

* Les femmes âgées ayant travaillé avec les adolescentes sur un problème existentiel complexe (condition 1 expérimentale) obtenaient de meilleures performances en fluence verbale et en vitesse de traitement que les femmes âgées ayant travaillé avec les adolescentes sur un problème complexe en lien avec les médias (condition 2 de contrôle) ; aucune différence n’a cependant été observée entre les condition 1 et 3, les auteures suggérant que la condition 3 qui met en présence des paires de personnes âgées a pu être vécue comme une situation de compétition entre experts, laquelle semble stimuler les ressources cognitives des personnes âgées (Hess et al., 2001).

* Les femmes âgées ayant travaillé avec les adolescentes sur un problème existentiel complexe (condition 1 expérimentale) ont montré un niveau de complexité cognitive/affective plus élevé que les personnes âgées dans la condition 3 de contrôle ; une tendance à une plus grande complexité cognitive/affective dans la condition 2 que dans la condition 3 a aussi été observée, suggérant que la facilitation de la régulation émotionnelle dépendrait principalement de la mise en place d’une interaction intergénérationnelle, indépendamment du contexte de l’interaction.

 

Conclusions 

 

L’étude menée par Kessler et Staudinger fournit les premières données empiriques montrant le potentiel des interactions intergénérationnelles tant sur le fonctionnement psychologique (cognitif et affectif) des personnes âgées que sur le fonctionnement psychologique (prosocial et relationnel) des adolescents.


Les bénéfices de ces interactions semblent dépendre des exigences spécifiques de la situation d’interaction, permettant d’activer les préoccupations motivationnelles des personnes âgées (se consacrer aux générations plus jeunes) et des adolescents (formation de l’identité).

 

Ces données doivent permettre de guider l’élaboration de contextes favorables d’interactions entre personnes âgées et adolescents (en dehors des relations familiales habituelles).


Des travaux devraient également se pencher sur les bénéfices tirés de relations entre personnes âgées et enfants plus jeunes, ainsi que sur les conditions qui  modulent la présence de ces bénéfices, tant pour les personnes âgées que pour les plus jeunes.

 

Enfin, des recherches devraient aussi être entreprises pour explorer de manière systématique les effets bénéfiques des relations intergénérationnelles sur le fonctionnement psychologique (cognition, qualité de vie, le sentiment d’avoir des buts dans la vie, identité, sentiment d’appartenance à la communauté) des personnes âgées présentant un vieillissement cérébral/cognitif plus ou moins problématique.

L’influence des relations intergénérationnelles sur les stéréotypes et les stigmates associés à la « démence » devrait aussi être examinée.

 

relations-intergenerationnelles.jpg

©123rf 

Fox, S., & Giles, H. (1993). Accomodating intergenerational contacts: A critical and theoretical model. Journal of Aging Studies, 7, 423-451.

George, D.R., & Singer, M.E. (2010). Intergenerational volunteering and quality of life for persons with mild to moderate dementia : Results from a 5-month intervention study in the United States. American Journal of Geriatric Psychiatry, à paraître.

Hess, T.M., Rosenberg, D.C., & Waters, S.J. (2001). Motivation and representational processes in adulthood: The effects of social accountability and information relevance. Psychology and Aging, 16, 629-642.

Kessler, E.-M., & Staudinger, U.M. (2007). Plasticity in old age: Micro and macro perspectives on social contexts. In H.-W. Whal, C., Tesch-Römer, & A. Hoff (Eds.), Emergence of new person-environment dynamics in old age: A multidisciplinary exploration. Amityville, NY: Baywood Publishing.

Kessler, E.-M., & Staudinger, U.M. (2007). Intergenerational potential: Effects of social interaction between older adults and adolescents. Psychology and Aging, 22, 690-704.

Newman, S., Karip, E., & Faux, R.B. (1995). Everyday memory function of older adults: The impact of intergenerational school volunteer programs. Educational Gerontology, 21, 569-580.


Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Pour en savoir plus

En cliquant ici, vous pouvez accéder à diverses références d'ouvrages ou d'articles scientifiques récents en lien avec les thèmes développés

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés