Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A propos des auteurs

  • Martial Van der Linden est docteur en psychologie, professeur de neuropsychologie et psychopathologie aux Universités de Genève et de Liège. Une partie de ses travaux est consacrée aux effets du vieillissement sur le fonctionnement dans la vie quotidienne, et ce, dans une perspective plurifactorielle et intégrative.
  • Anne-Claude Juillerat Van der Linden est docteure en psychologie, chargée de cours à l'Université de Genève et psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie. Après 20 ans en tant que responsable à la Consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève, elle a créé et dirige la consultation "Vieillir et bien vivre" à la maison de santé Cité Générations.
  • Tous deux ont fondé en 2009 une association du nom de VIVA (Valoriser et intégrer pour vieillir autrement), qui promeut à l'échelle locale des mesures de prévention du vieillissement cérébral problématique.
  • En savoir plus : http://www.unige.ch/fapse/psychoclinique/upnc/

Rechercher Dans Le Blog

Pour nous contacter

Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire à :

contact@mythe-alzheimer.org

22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 05:14

Les relations intergénérationnelles et l'implication dans des activités cognitives et sociales stimulantes figurent au premier plan des projets que l'association Valoriser et Intégrer pour Vieillir Autrement (VIVA) met en place (voir notre chronique récente sur la semaine intergénérationnelle). Dans ce contexte, depuis un peu plus d'une année, VIVA a démarré une collaboration active avec la galerie d'art de la Ferme de la Chapelle, afin de réunir petits et grands de manière conviviale autour de la découverte des oeuvres présentées.

Une première journée, mêlant visite de l'exposition, projection de film en relation avec le thème de cette dernière et buffet convivial ayant rencontré un joli succès, nous avons imaginé ensemble une veillée de Noël (voir le reportage que la télévision locale a consacré à l'événement ici). Là encore, la joie et le public étaient au rendez-vous et il a dès lors été décidé de pérenniser ces deux moments ponctuant l'année en juin et en décembre. Ainsi, le 29 juin dernier, la population lancéenne et les habitués de la galerie étaient conviés à un repas indo-alpin autour du film "Tandoori Love" du Suisse Olivier Paulus, qui narre la rencontre d'une jeune femme de l'Oberland bernois et d'un cuisiner indien sur des sons bollywoodiens. Ces derniers trouvaient ensuite écho dans la démonstration faite l'après-midi par les élèves d'une école locale de danse Bollywood (voir vidéo de LancyTV).

Au final, beaucoup de plaisir et d'échanges entre convives de tous âges, y compris les résidents d'une structure local d'hébergement à long terme pour personnes âgées, qui, au fil des activités, tissent les liens...

 

chapelle2011.jpg

©VIVA2011




 

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Des échos de VIVA
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 11:59

Nous avons fréquemment insisté dans nos chroniques sur l'importance des relations intergénérationnelles et de l'engagement dans la communauté pour un vieillissement cérébral/cognitif optimal (voir par exemple notre chronique  "Les relations intergénérationnelles ont des effets bénéfiques tant pour les personnes âgées que pour les adolescents"). Ces objectifs sont au coeur des préoccupations et des projets de l'association Valoriser et Intégrer pour Vieillir Autrement (VIVA). Ainsi, VIVA a co-organisé à la mi-juin une semaine intergénérationelle avec une association locale de parents d'élèves (l'Association des Parents d'Elèves de Petit-Lancy/Cérésole, APEPLC). Diverses activités mêlant les générations ont été proposées tous les jours après les cours.

La semaine a débuté par une balade botanique commentée par des aînés, s'est poursuivie par un pique-nique et ensuite par des récits d'enfance sur le quartier d'autrefois (la moyenne d'âge des orateurs étant de 91 ans). Elle s'est achevée -au sein d'un lieu d'hébergement à long terme pour personnes âgées- par une présentation de récits d'autrefois. La télévision locale a consacré des reportages à deux de ces activités, que vous pouvez visionner en cliquant sur les images ci-dessous. 

 

Capturer-copie-2.JPGRécits d'enfance sur le quartier des maisons ouvrières

 

Capturer-copie-1.JPGAutour des vieux métiers à l'EMS (EHPAD) des Mouilles

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Des échos de VIVA
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 23:06

L'Association VIVA (Valoriser et Intégrer pour Vieillir Autrement) organise depuis l'automne dernier un atelier de peinture intergénérationnel. Proposé en collaboration avec le service d'animation de l'une des structures d'hébergement à long terme pour personnes âgées de la commune de Lancy (Suisse), l'Etablissement médico-social des Mouilles, il réunit deux fois par mois un groupe de personnes âgées ayant un intéret particulier pour le dessin ou la peinture (résidant dans la structure ou habitant le voisinage et comprenant des personnes avec difficultés cognitives) et des enfants de 6 à 9 ans. Au mois de mai dernier, un vernissage a consacré le travail réalisé. Il a fait l'objet d'un reportage de Lancy TV que vous pouvez visionner en cliquant sur l'image ci-dessous.

dagmar_tombet.JPG©LancyTV

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Des échos de VIVA
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 11:00

La lutte contre les stéréotypes liés à l’âge et la création de liens entre les générations figurent en première ligne parmi les objectifs de l’association VIVA que nous avons créée (www.association-viva.org). De nombreux projets sont nés dans cette perspective, dont la création d’un jury intergénérationnel pour le prix Chronos de littérature. Ce prix, créé en France et relayé en Suisse par Pro Senectute, invite des groupes de lecteurs à se plonger dans des ouvrages, parus récemment et destinés à la jeunesse, traitant des échanges entre générations, de la vieillesse, de la mort, de la transmission des savoirs et des parcours de vie, puis à y réfléchir - idéalement via des rencontres entre les générations. Chaque participant(e) vote pour l'ouvrage de son choix et le prix est décerné annuellement lors du Salon du Livre de Genève à l’auteur ayant recueilli le plus de suffrages.

 

Dans la commune de Lancy (où nous vivons), depuis l’an dernier et sous l’impulsion d’Agnès Salomon (enseignante à l’école primaire Cérésole), diverses classes participent au Prix Chronos. Cette année, nous avons souhaité ajouter à cette activité une dimension d’échanges intergénérationnels. Sophie Decorzant, institutrice de 6ème primaire à l’école Cérésole, et ses élèves se sont immédiatement montrés très enthousiastes, ainsi qu’un groupe de cinq lectrices plus âgées (de 60 à 83 ans). Six rencontres hebdomadaires d’une heure (une pour chaque livre et une de synthèse) ont donc été organisées dans la classe dès la fin du mois de janvier 2011. L’intensité des échanges et leur impact ont été tels que nous souhaitons aujourd’hui vous les faire partager, dans cette chronique que nous avons coécrite avec Sophie Decorzant et sa classe.

 

Le projet a été organisé comme suit : depuis l’automne 2010, les élèves et les aînées ont lu les cinq ouvrages de la sélection annuelle du Prix Chronos. Avant la première réunion, l’institutrice a demandé à chaque élève de décrire en quelques lignes ce qu’était pour elle/lui une personne âgée. Puis, lors des rencontres, les élèves ont interprété, souvent avec un talent consommé d’acteur, une scène-clé du livre. Ensuite, le livre était résumé avant que ne débutent les échanges entre les élèves et les aînées.  Après la dernière rencontre, les élèves ont à nouveau décrit leur vision d’une personne âgée, ainsi que leurs impressions générales sur le projet (voir l’annexe en fin de chronique).

 

Au fil des séances, les échanges sont devenus de plus en plus riches entre les aînées et les élèves, non seulement dans le contexte des discussions autour des livres, mais aussi à l’extérieur de l’école : les liens qui se sont tissés se traduisent désormais par des bonjours et des discussions lors des rencontres quotidiennes dans le quartier, par des échanges de courriels… L’émotion était très palpable lors de la dernière réunion, lorsque les enfants ont remis à chacune des aînées une carte géante personnalisée, dans laquelle chaque élève a laissé un message personnalisé. 

 

L’analyse détaillée du contenu des descriptions faites par les élèves avant et après la tenue des rencontres est également très parlante : avant, plus de la moitié des qualificatifs utilisés avaient une connotation négative, faisant notamment référence aux marques physiques de l’âge (24%) ou aux déficiences intellectuelles ou physiques (27%) ; 18% des descriptions faisaient tout de même mention de la gentillesse des aînés et 14% de leur rôle dans la transmission des connaissances et de leur expérience. Après les partages autour des livres, il n’y a plus aucun descriptif lié aux marques de la vieillesse et seulement 4% de mentions de déficiences ; sont par contre largement mentionnés les connaissances accumulées (20%), la gentillesse (17%), ainsi que le rôle des aînés dans la transmission des expériences vécues (21%) ou en tant que personne de confiance et de consolation (11%).

 

Autant dire que nos attentes ont été comblées, tant en ce qui concerne la création de liens intergénérationnels qu’en ce qui concerne la modification des stéréotypes liés à l’âge. Ces résultats et le ressenti des personnes qui ont pris part au projet ne peuvent que nous encourager à renouveler l’expérience l’an prochain et à tenter de l’étendre plus largement dans la commune, avec la collaboration de la bibliothèque municipale, des responsables des établissements scolaires et, surtout, l’enthousiasme et l’esprit d’ouverture des participants de tous âges !

 

Les élèves de la 6ème primaire de l’école Cérésole : Alpha, Anita, Antony, Audrey, Bruno, Clara, Danna, Emilie, Faton, Jasmina, Julien, Juno, Kallan, Laetitia, Luca, Mathilde, Maxime, Rafael, Thibaud, Thomas et Xeniya

Les « aînées » : Claudia, Floriana, Irène, Martine et Suzanne

 

Un bref documentaire sur ce projet peut être visionné sur TV Lancy http://www.lancytv.ch/lancy-tv-sujet-prix-chrono

 

chronos.JPG

 

ANNEXE

 

"Et vous, les élèves, que retiendrez-vous de ce projet « 6P/VIVA-Chronos » ?"

 

« J’ai adoré ce projet. C’était super d’être avec des personnes plus âgées que nous. J’ai pu apprendre beaucoup de choses. Ça m’a fait chaud au cœur de partager des moments inoubliables avec des personnes géniales. » (Clara)

« Je me suis réjoui de participer à ce projet avec les personnes âgées. Les livres et nos rencontres étaient formidables ! » (Maxime)

« Ce que j’ai le plus aimé, c’est vraiment l’échange qu’il y avait entre nous et les aînés. C’était vraiment émouvant. Le plus incroyable, c’est la différence entre la première rencontre et la dernière : on s’exprimait beaucoup plus. Ce qui était génial c’est de voir comme ce qu’on pensait d’une personne âgée avait changé en 5 semaines. Ce que j’ai retenu, ce sont les regards et les sourires des aînés. » (Jasmina)

« Dans ces rencontres, j’ai tout aimé. C’est magnifique et incroyable qu’on ait eu la chance de faire ce projet. » (Faton)

« VIVA-Chronos ? Difficile à résumer… Tout d’abord, j’ai trouvé que ça a clairement changé ma façon de voir une personne âgée, d’abord grâce aux rencontres, puis grâce aux livres très touchants. Pendant nos rencontres, nous avons pu partager nos avis. Nous avons échangé des supers moments très chaleureux. J’ai adoré ce projet car ça m’a apporté plein de choses. Bref, ce projet était GENIAL ! » (Thibaud)

« Débattre sur les livres du Prix Chronos avec les aînées, c’était génial ! Les 5 rencontres se sont passées dans la plus grande attention et la plus grande joie. Mais la 6ème rencontre m’a semblé la plus intéressante : non seulement Lancy-TV était là, mais surtout, on a reparlé de tous les livres, un par un. C’était super. » (Xeniya)

 « C’était super le rapprochement entre nous et les aînés entre le début et la fin du projet. » (Antony)

« J’ai aimé participer à ce projet. Les rencontres m’ont beaucoup touché. » (Rafael)

« J’ai adoré ce projet avec les aînés de VIVA. J’espère que ce projet s’étendra dans les autres écoles de la commune de Lancy ou du canton parce que c’était SUPER ! » (Emilie)

 

L’intégrale des commentaires peut être lue sur le site de l’Association VIVA, à la page « Manifestations organisées / Prix Chronos de Littérature » [Cliquer ici]

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Des échos de VIVA
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 14:25

Ce blog relaie régulièrement les données scientifiques - dont le nombre va croissant - suggérant que la survenue d’un vieillissement cérébral/cognitif problématique (d’une « démence ») est déterminée par des interactions complexes entre de multiples facteurs biologiques, psychologiques, sociodémographiques et en lien avec les comportements de santé, le style de vie et l’environnement. Ces résultats incitent à une approche élargie du vieillissement cérébral, qui, au-delà des aspects biomédicaux réducteurs, intègre notamment des mesures préventives tout au long de la vie et le développement d’aménagements communautaires adaptés (voir les conclusions de notre chronique « La résistance à l’approche réductrice et pathologisante du vieillissement cérébral/cognitif s’impose plus que jamais », ainsi que notre chronique « Un rééquilibrage des interventions en faveur de la prévention et des approches psychosociales »). Comme nous l’avons souvent évoqué, ces actions communautaires et de prévention peuvent se concevoir sur différents plans : l’activité physique, l’implication dans des défis intellectuels (« Etre un apprenant tout au long de sa vie », pour reprendre l’expression de Peter Whitehouse), l’engagement social, une alimentation équilibrée, etc.

 

En particulier, il importe que les personnes âgées puissent trouver, au sein de leur communauté, des buts et un rôle social valorisant, plutôt que d’être confrontées à la stigmatisation de l’âgisme ou encore à la marginalisation et à la peur générées par la médicalisation du vieillissement (voir nos chroniques « Des buts dans la vie et une existence qui a un sens réduisent le risque de vieillissement problématique» et « Qu’est-ce qui contribue à un vieillissement "réussi" ? Le point de vue des personnes âgées »). Il faut donc concevoir des environnements de vie et des projets (y compris pour les personnes les plus dépendantes) qui maximisent les relations sociales et les connexions avec la société. Une telle approche peut aussi contribuer à faire reconnaître la réalité de l’interdépendance entre les générations et l’importance du « capital social » de chacun (voir notre chronique « Les aînés: une ressource vitale pour la collectivité »).

 

Selon nous, la mise en place de mesures visant à valoriser et à renforcer le potentiel des aînés, à faciliter leur participation citoyenne, à briser leur isolement et à maintenir le plus longtemps possible leur santé passe par le développement de projets et de structures insérés dans les collectivités locales, en lien direct avec les services communaux, les associations, les structures d’hébergement à long terme, les médecins de famille, etc. C’est dans cet esprit qu’a été créée VIVA (Valoriser et Intégrer pour Vieillir Autrement) à Lancy, une commune de la périphérie genevoise de près de 30'000 habitants.

 

Les actions que nous développons s’articulent autour de différents axes, notamment celui de la prévention (activités physiques, engagement social…), de la communication (conférences thématiques, actions tout public dans la commune, chroniques dans le journal local…) et des interventions (projets intergénérationnels, projets artistiques et culturels, recueil et partage de récits d’enfance, groupes de soutien aux aidants de personnes dépendantes…)

 

Nous vous proposons dans cette chronique un panorama des activités de VIVA, près de deux ans après la création de cette association.


I. Prévention 

 

Le groupe de marche


Notre blog a souvent montré que les personnes qui ont une activité physique régulière ont un risque diminué de présenter des difficultés cognitives durant leur vieillesse (voir nos chroniques « Activité physique durant le parcours de vie et performance cognitive dans la vieillesse »   et « De nouvelles données appuyant l'intérêt de mesures de prévention du vieillissement cérébral/cognitif problématique, en lien avec le style de vie (2) »). Il importe donc de mettre en œuvre des mesures destinées à favoriser l’activité physique et à lutter contre la sédentarité, et ce dès le plus jeune âge. Nous avons ainsi développé un projet de marche en petits groupes, consistant à mettre en contact des personnes âgées habitant le même quartier pour leur permettre d’aller marcher ensemble plusieurs fois par semaine. En outre, le groupe se retrouve une fois par mois pour l’accueil des nouveaux participants et une balade commune http://www.association-viva.org/brochure_marche.pdf.

 Marche VIVA©VIVA2010

Par ailleurs, nous co-organisons une fois par année avec d’autres associations locales une grande marche populaire dans la commune. Enfin, nous travaillons actuellement à la mise sur pied d’un programme d’optimisation de la marche et de l’équilibre dans une perspective intergénérationnelle, qui réunira des aînés et des enfants d’âge préscolaire (voir la chronique « Les relations entre la marche et le fonctionnement cognitif chez les personnes âgées: Optimiser la marche et l’équilibre par une approche intergénérationnelle » ).

 

marche_assoc.jpg

©VIVA2010

 

Des activités de loisirs stimulantes


Dans la double perspective de proposer des activités de loisirs stimulantes ( voir notre chronique « L’engagement dans des activités de loisirs constitue un moyen d’amener à un meilleur vieillissement cognitif » ) et de favoriser le maintien d’un réseau social, nous développons des projets en collaboration avec des acteurs de la vie culturelle locale, notamment les responsables de la galerie d’art de la Ferme de la Chapelle (appartenant à la Ville de Lancy), du Service culturel communal, ainsi que des Concerts de Lancy et de l’Orchestre de Lancy. Ces projets incluent la population âgée en général, y compris les résidants des structures d’hébergement à long terme locale (EMS:  Etablissement Médico-Social), avec ou sans troubles cognitifs.

 

En ce qui concerne la Ferme de la Chapelle, nous avons entrepris une première action commune, qui a permis à des personnes âgées et à un public plus large de découvrir une exposition, d’assister à la projection d’un film en lien avec le thème des œuvres exposées et valorisant les personnes âgées (« Les mamies ne font pas dans la dentelle ») et de se retrouver autour d’un buffet champêtre (http://www.association-viva.org/article_nicole.pdf). Cet événement « Expo, Cinéma et Repas » sera repris l’été prochain.

 

chapelle4.jpg©VIVA2010

Nous organisons par ailleurs, pour les personnes âgées, la visite commentée de chacune des expositions de la galerie (avec le transport sur les lieux pour les personnes à mobilité réduite). Enfin, nous avons monté ensemble une fête de Noël intergénérationnelle, comprenant un concours de dessin, des chants, de la musique (dont la prestation musicale d’un pianiste de 89 ans et vivant dans une structure d’hébergement à long terme ou EMS).

 

10.jpg

 ©VIVA2010

Nous bénéficions également d’un contact privilégié avec l’association « Les Concerts de Lancy » et avec l’Orchestre de Lancy, et nous avons ainsi monté un « Café musical », organisé sur le temps de midi et destiné tout particulièrement aux personnes âgées mais ouvert à tous. Ce café musical  permet de découvrir des œuvres jouées peu de temps après à Lancy, de partager ses souvenirs -musicaux ou autres- et d’avoir des échanges avec les musiciens. Il faut souligner que ce café musical se tient au sein d’une structure d’hébergement à long terme pour personnes âgées (EMS), ce qui permet à ces personnes d‘y participer facilement, mais aussi décloisonne l’établissement en l’ouvrant à la communauté extérieure. Les participants au café musical sont ensuite invités à assister au concert qui est donné quelques jours après et le transport y est organisé si nécessaire.

 

12.jpg©VIVA2010

 

II. Communication


Conférences tout public


En septembre dernier, nous avons co-organisé, avec l'Association des EMS de Lancy (Etablissements Médico-Sociaux : structures d’hébergement à long terme pour personnes âgées) et le Service des affaires sociales de la Ville de Lancy un cycle de conférences intitulé « Pour un autre regard sur le vieillissement et ses défis ». Ces conférences, qui ont réuni plus de 200 personnes, avaient pour objectifs de présenter une autre approche du vieillissement et de mettre en avant la nécessité d'un changement de regard, de vocabulaire, d'attitude et de pratiques, notamment dans les relations entre «aidants» et «aidés» (voir nos chroniques « Accompagner une personne dépendante : quel sens pour les proches ? » et « Vivre en EMS : une approche centrée sur la personne et la communauté » ). Soulignons que ces conférences se sont tenues au sein même d’un des EMS locaux, et que le public était composé de résidants et de soignants de l’EMS, d’habitants de la commune, de professionnels des soins externes à l’EMS et de représentants des autorités sanitaires cantonales.

 

martial6.jpg©VIVA2010

Le prochain cycle, qui se tiendra en septembre prochain, sera consacré aux mesures préventives favorisant un bon vieillissement.


Actions tout public

 

Depuis sa création, VIVA a participé à plusieurs manifestations communales en lien avec ses thèmes de prédilection :

 

* participation (stand et conférence) à la 2e Journée Lancéenne de la Santé

* participation (stand et animation d’ateliers thématiques) aux soirées de préparation à la retraite organisées par le Service des affaires sociales de la commune et Pro Senectute (organisation suisse au service des personnes âgées)

*  participation en 2009 (sous forme d'un goûter à l'ancienne et de récits de Lancéennes et Lancéens âgés sur l'école et les jeux d'antan) à l'exposition "Lancy d'Autrefois, retour sur images" qui s'est tenue à la Grange Navazza et a obtenu un large succès populaire ; de nouvelles actions sont prévues pour la prochaine édition, qui se tiendra au même endroit du 1er au 16 octobre 2011 sur les thèmes de la vie des paroisses et des transports.

* participation aux Journées du Livre de Lancy pour inviter la population à participer à la version romande du Prix Chronos de littérature ou à des ateliers intergénérationnels de lecture (voir plus bas pour le détail de ces projets) et présenter des récits d’enfance collectés auprès d’aîné(e)s lancéen(ne)s

* rédaction dans le journal mensuel local « Le Lancéen » des chroniques « Les petits trucs de VIVA » pour bien vieillir.


stand_livre.jpg

 ©VIVA2010

 

III. Activités intergénérationnelles


Souvent évoqués, les trois fléaux que sont la solitude, le sentiment d’impuissance et l’ennui contribuent de façon importante à la souffrance psychologique des personnes âgées, tout particulièrement lorsqu’elles résident dans des structures d’hébergement à long terme. Dans ce contexte, la réalisation d’activités procurant un sentiment d’utilité, notamment en apportant son aide aux autres, est essentielle, et l’existence de relations sociales sont essentielles. En particulier, il apparaît que  les relations intergénérationnelles ont des effets particulièrement bénéfiques, tant pour les personnes âgées que pour les enfants ou les adolescents, et ce dans la mesure où elles permettent aux aînés de transmettre leur expérience et leur expertise aux plus jeunes  (voir notre chronique « Les relations intergénérationnelles ont des effets bénéfiques tant pour les personnes âgées que pour les adolescents » ).

 

Nous avons ainsi organisé des échanges entre des enfants de 5 à 8 ans fréquentant l’accueil parascolaire et les résidants des EMS communaux, y compris des personnes présentant d’importantes difficultés mnésiques. Ces rencontres, organisées depuis plus d’un an, réunissent une fois par mois les enfants et les personnes âgées autour d’un voyage virtuel (diapositives, musique, produits typiques, activités ludiques en lien avec le pays choisi et pour lesquelles les enfants peuvent bénéficier de l’expertise de leurs aînés). Ces voyages ont d’abord concerné divers pays d'Europe et se déroulent actuellement autour du monde. L’activité est manifestement source de plaisir, tant pour les enfants que les aînés, et elle est également créatrice de liens (les enfants ont noué des relations privilégiées avec « leur » résidante).

 

lucjob.jpg

©VIVA2010 

Nous avons aussi mis sur pied des activités intergénérationnelles plus ciblées, par exemple un atelier de dessin et de peinture intergénérationnel. D’abord créé en vue de la participation à un concours de dessin (dans lequel était proposée une catégorie VIVA de « dessin à 4 mains » : enfant et aîné), le projet a été prolongé à la demande générale et se poursuit désormais à un rythme bimensuel. Organisé au sein d’un EMS de la commune, il réunit des paires d’enfants et de personnes âgées (résidantes ou non de l’établissement, avec un plus ou moins bon vieillissement cérébral) faisant ou ayant fait de la peinture et qui peuvent ainsi transmettre un peu de leur art aux enfants. Les liens créés dépassent désormais le cadre de l’activité de dessin/peinture, puisque plusieurs échanges épistolaires ou des visites individuelles ont eu lieu. Les participants pourront voir leur projet reconnu par leur entourage, au travers d’une exposition et d’un vernissage qui se tiendra au sein de l’EMS en mai prochain.


0.jpg

 ©VIVA2010

Dans la même veine, VIVA a organisé à Lancy un atelier de lecture intergénérationnel : une semaine sur deux, un goûter et des lectures sont partagés par des aînés et des enfants qui débutent dans l’apprentissage de la lecture. Cette activité de lecture est organisée autour d'ouvrages traitant des relations intergénérationnelles, de la transmission, de la vieillesse et de la mort. L’apport des aînés s’exprime non seulement dans l’aide à la lecture mais aussi dans la transmission de leur regard sur la vie, la manière d’être et de se comporter, ainsi que dans les récits qu’ils fournissent de leur enfance, souvent passée dans la commune, et qui donnent aux plus jeunes un sentiment accru de s’inscrire dans le fil de l’histoire locale.

 

Atelier-lecture-009.JPG

©VIVA2010  

Un autre projet en lien avec la lecture a vu le jour grâce à la collaboration d’une enseignante de sixième année primaire, qui nous a ouvert sa classe pour qu’un groupe d’aînées et les élèves de cette classe puissent partager leurs points de vue sur les cinq livres de la sélection annuelle du prix Chronos de littérature. Ces ouvrages, destinés à la jeunesse, traitent des échanges entre les générations, de la vieillesse, de la mort, de la transmission de savoirs, des parcours de vie… Parmi les thèmes des ouvrages de cette année, le regard d’une fillette sur sa grand-mère confrontée à des pertes cognitives (« Mon cœur n’oublie jamais »), le partage, par une grand-mère d’adoption, de souvenirs historiques qui s’avèrent être en lien avec l’histoire personnelle d’un jeune garçon (« Louis et le jardin des secrets »), la solidarité entre générations pour sauver une petite fille cardiaque et la transmission du savoir des ancêtres (« Mon petit cœur imbécile »), la capacité d’un adolescent à recréer un lien avec son grand-père, qu’il juge responsable de la mort de son père (« Picasso ou rien ») et les difficiles ajustements nécessaires à une famille pour faire face à la disparition de la maman (« La petite Caillotte »). D’abord timides, les échanges sont devenus très riches au fil des séances, et l’on a pu observer un enrichissement progressif des conceptions sur la vieillesse. Ainsi, alors que la grand-mère fantasque de « Mon cœur n’oublie jamais » était initialement qualifiée par certains enfants de « perdant la boule » ou d’« Alzheimer », les propos étaient nettement plus nuancés en fin de session, avec des expressions telles que « dans les moments où elle a des grosses difficultés de mémoire… ». Mais les enfants ont aussi influencé leurs aînées. Ainsi, une des participantes âgées a déclaré être complètement entrée dans le livre « Picasso ou rien » à la suite des commentaires fournis par les élèves, alors que sa première lecture de l’ouvrage l’avait laissée indifférente. Enfin, ici aussi, l’effet de l’activité de lecture a dépassé les murs de l’école : en effet, certains enfants interagissent avec les aînées du quartier participant au projet, s’arrêtent pour parler avec elles et prendre de leurs nouvelles…

 

Chronos5.jpg©VIVA2010 

 

IV. Interventions


En parallèle avec les mesures de prévention, les démarches de communication et les activités intergénérationnelles que nous avons mises en place,  nous travaillons actuellement à l’élaboration de plusieurs programmes d’intervention visant les proches aidants, les soignants au sein des EMS, ainsi que les personnes âgées elles-mêmes :

 

* Un groupe réunissant des aidants familiaux, avec des rencontres sur différents thèmes et visant à montrer comment des aspects positifs peuvent être tirés de l’accompagnement d’une personne âgée dépendante (voir la chronique « Accompagner une personne dépendante : quel sens pour les proches? » et aussi la chronique « Les aspects positifs pour les proches de l’aide qu'ils apportent aux personnes présentant un vieillissement cérébral/cognitif problématique : un cadre conceptuel »).

 

* Des ateliers destinés aux soignants des EMS et visant notamment à leur présenter une approche différente du vieillissement cérébral/cognitif, à optimiser leur communication avec les aînés (voir nos chroniques « La communication entre les résidents et les soignants dans le structure d'hébergement à long terme », « Le parler "personnes âgées" » est associé à la résistance aux soins dans les structures d’hébergement à long terme » et  « Améliorer la communication dans les structures d'hébergement des personnes âgées : réduire le parler mémé ou pépé »), à leur permettre de mieux aborder les problèmes de sommeil, les difficultés comportementales ou l’isolement et d’accroître le sentiment d’utilité et d’efficacité personnelle des résidents.   

 

* L’application d’une version francophone du programme d’expression créative « TimeSlips » auprès de résidants des EMS (voir nos chroniques « TimeSlips : le pouvoir de l’expression créative et des récits » et « Le programme TimeSlips : une nouvelle étude ayant exploré les effets bénéfiques de l’expression créative »).

 

* Le recueil de récits d'enfance et de vie auprès de personnes âgées de la commune, y compris de personnes vivant en EMS, en collaboration avec l'association "Lancy d'Autrefois".

 

* un projet de repas en commun pour que des personnes âgées isolées puissent rencontrer d’autres personnes le temps d’un repas.

 

* le développement d’activités réunissant les enfants d’un centre de loisirs et les personnes âgées d’un quartier populaire de Lancy.

 

Enfin, maintenant que l’Association VIVA est en marche et qu’elle est largement intégrée dans la communauté lancéenne (elle bénéficie d'ailleurs d'un soutien financier de la commune), nous allons désormais nous attacher à évaluer l’impact des activités que nous avons mises en place (au-delà des observations ponctuelles), et ce en profitant de la collaboration directe avec  la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education de l’Université de Genève, et tout particulièrement de l’implication de stagiaires du futur MAS en Psychogérontologie (une formation professionnalisante post-maîtrise) qui va voir le jour dès la prochaine année académique. 

 

Pour en savoir plus sur l'Association VIVA : www.association-viva.org

logo

 

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Des échos de VIVA
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 09:03

Dans notre chronique "Les structures d’hébergement à long terme des personnes âgées: la nécessité d’un changement de culture", nous avons évoqué diverses pistes permettant de continuer de donner du sens à la vie lorsque les personnes sont confrontées à une perte d'autonomie. Cette préoccupation constitue l'un des axes d'intervention privilégiés de l'association VIVA, que nous avons créée au printemps 2009 avec deux collègues. En effet, cette association a pour but de promouvoir et diffuser au sein de la communauté locale des mesures de prévention permettant de mieux aborder le vieillissement cérébral, ainsi que de proposer des interventions favorisant le maintien de l'autonomie et de la dignité (voir le site de VIVA). Parmi ces interventions, nous avons eu la chance de pouvoir développer divers projets avec les structures d'hébergement pour personnes âgées de notre commune et notre association a été invitée à s'exprimer lors de l'inauguration officielle de la dernière d'entre elles, l'EMS des Mouilles (du nom du quartier d'habitations et de commerces dans lequel il a été construit). Nous avons également pu en cette occasion présenter au public genevois l'oeuvre de Cathy Greenblat (qui figure parmi nos liens) et placer ses photographies au coeur même de la résidence.

 

expo cathy1

 

Voici le texte présenté lors de l'inauguration :

" Avant tout, je tiens à remercier très chaleureusement le Conseil de Fondation de m’avoir conviée à cette fête et de me permettre de débuter ce programme.

En qualité de présidente de l’association VIVA, c’est à dire Valoriser et Intégrer pour Vieillir Autrement, je me réjouis énormément de l’ouverture de ce lieu d’hébergement pour personnes âgées au cœur de notre ville de Lancy et aussi de l’ouverture d’esprit et de l’enthousiasme de ses responsables, qui ont comme nous le souci primordial de la qualité de vie des aînés. Cette qualité de vie passe bien sûr en partie par la qualité des aménagements architecturaux, mais elle est aussi fondamentalement liée à la dimension humaine de l’habitat, à sa capacité à promouvoir des échanges stimulants, des rencontres, des contacts proches et continus avec des enfants, des plantes, des animaux.

Ce qui détermine la qualité de vie, c’est le sentiment d’être utile, d’avoir des activités constructives et sensées, d’être aimé et traité avec dignité. Des études datant de la fin des années 1970 déjà ont montré que le risque de mortalité double si les résidents perdent le sentiment de contrôle et de responsabilité eu égard à leur vie quotidienne, quelque soit le luxe de l’infrastructure ou les compétences des soignants. Il est essentiel de placer un maximum de décisions aux mains des résidents, car le sentiment d’autonomie est crucial pour la personne, et ce en dépit de la dépendance !

Dans ce contexte, je ne peux que me réjouir de l’enthousiasme de l’équipe de direction et de nombreux membres du personnel par rapport au développement de nouveaux projets en collaboration avec notre association, pour contribuer à ce que les personnes vivant ici vivent une vie aussi pleine que possible. Ces projets concernent par exemple des échanges intergénérationnels, avec des enfants des écoles, du parascolaire et bientôt des centres de loisirs de la commune qui viennent partager des moments de lecture, des jeux, de la musique, des souvenirs… Il est aussi important, et je sais que votre directeur est particulièrement sensible à cette dimension, de décloisonner l’EMS. Sa position géographique l’y prédispose déjà, mais cela implique aussi des échanges actifs, de proximité, avec le tissu social et la communauté locale. C’est une des raisons pour lesquelles il est crucial que le choix de l’établissement reste entre les mains de personnes et non d’outils d’évaluation administrativo-technique centralisés, tel que le PASS* pour ne pas le nommer…

A titre d’exemple de ce décloisonnement, des résidents vont se joindre demain matin à une marche commentée entre Petit et Grand-Lancy à laquelle toute la commune est conviée et certains viendront le 23 juin à la galerie d’exposition communale de la Ferme de la Chapelle pour voir le formidable film « Les mamies ne font pas dans la dentelle », visiter l’exposition actuelle où, justement, la dentelle a bonne place et y partager ensuite un petit buffet campagnard, activité qui est également ouverte à tous les habitants.

Le premier V de VIVA, je vous le disais, c’est Valoriser, et nous sommes très attachées à  promouvoir une vision valorisante de la personne âgée dans la communauté, y compris lorsqu’elle est confrontée aux difficultés liées à l’âge, y compris lorsqu’elle rentre en EMS. Une femme d’origine vietnamienne me disait récemment « Je n’ai pas peur de vieillir car, dans mon pays, plus on vieillit, plus on prend de la valeur... » Malheureusement, il me semble que chez nous, cette appréciation ne vaut plus guère que pour les grands Bordeaux…

La société écarte les aînés et on enferme de plus en plus ces derniers dans des catégories médicales, avec des termes qui génèrent  parfois énormément d’inquiétude, comme la très mal nommée maladie d’Alzheimer. Or, le vieillissement, même celui du cerveau, n’est évidemment pas une maladie, il est une étape de vie, qui se présente plus ou moins  bien d’une personne à l’autre. Le vieillissement est l’aboutissement de nombreux processus très complexes et interagissant entre eux dès le début de l’existence. Ces processus concernent des aspects biologiques, certes, mais aussi des aspects sociaux, psychologiques, culturels et environnementaux.

Malheureusement, notre société occidentale réduit de plus en plus les hommes à la somme de leurs performances et de leur productivité et dévalorise de plus en plus ceux qui s’écartent de la ligne jeune, riche, bronzée et efficace…

Je suis intimement convaincue qu’un changement de regard sur la vieillesse est capital. C’est d’abord une question de mots, car ils conditionnent notre mode de pensée, voire nos comportements envers les seniors. Acceptons la complexité et l’individualité des difficultés plutôt que de les englober dans des termes forcément réducteurs, parfois dévastateurs, cherchons plutôt à valoriser tout ce que la personne peut encore faire, tout ce qu’elle peut nous apporter, tout ce qu’elle peut nous apprendre sur notre condition humaine.

C’est une question d’image aussi et je suis très heureuse de pouvoir vous présenter ici le travail de pionnière de Cathy Greenblat, sociologue et photographe états-unienne, qui est allée aux quatre coins du monde pour dépeindre la vieillesse sous les traits de la profonde humanité des personnes, aux antipodes des images misérabilistes trop souvent relayées par les médias. Vous allez pouvoir découvrir tout à l’heure son exposition « Alive with Alzheimer’s » (Pleinement vivant malgré un diagnostic de maladie d’Alzheimer) qui présente les occupants d’une résidence pour personnes âgées située à Silverado, dans le sud de la Californie, et montre bien à quel point les personnes peuvent continuer de vivre pleinement leur vie dans un environnement propice. Cathy Greenblat viendra d’ailleurs ici même parler de sa démarche le 7 septembre prochain et inaugurera par là un cycle de conférences que l’Association des EMS de Lancy, le Service des affaires sociales de notre ville et VIVA co-organiserons, qui sera consacré à « Un autre regard sur le vieillissement ».

Malgré le défi qu’a représenté l’arrivée quasi simultanée de 78 résidents, je n’ai aucun doute quant au potentiel des Mouilles à mettre en route un mouvement qui conduira à faire de ce lieu un  lieu de vie bien remplie. J’ai pu me rendre compte des compétences, de l’enthousiasme, de l’ouverture des gens qui s’y engagent quotidiennement. Si VIVA peut y contribuer, grâce notamment au soutien des autorités de Lancy qui ont à cœur la qualité de vie de leurs citoyens à tous les âges de la vie, ce sera un grand honneur. Comme nous y invitait le philosophe français Paul Ricoeur, il faut trouver « Comment bien vivre avec et pour autrui dans des institutions justes ».

Vous êtes au début d’un passionnant processus de création, et je vous souhaite à toutes et tous plein succès dans les ajustements réciproques qui, à l’instar du slogan communal, vous feront dire « On est bien aux Mouilles ! » Bonne fête à toutes et tous."

 

Anne-Claude Juillerat Van der Linden, présidente de l'association VIVA


* Programme d'accès aux soins centralisé faisant actuellement l'objet d'âpres discussions dans le canton de Genève

 


Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Des échos de VIVA
commenter cet article