Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos des auteurs

  • Martial Van der Linden est docteur en psychologie, professeur de neuropsychologie et psychopathologie aux Universités de Genève et de Liège. Une partie de ses travaux est consacrée aux effets du vieillissement sur le fonctionnement dans la vie quotidienne, et ce, dans une perspective plurifactorielle et intégrative.
  • Anne-Claude Juillerat Van der Linden est docteure en psychologie, chargée de cours à l'Université de Genève et psychologue clinicienne spécialisée en neuropsychologie. Après 20 ans en tant que responsable à la Consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève, elle a créé et dirige la consultation "Vieillir et bien vivre" à la maison de santé Cité Générations.
  • Tous deux ont fondé en 2009 une association du nom de VIVA (Valoriser et intégrer pour vieillir autrement), qui promeut à l'échelle locale des mesures de prévention du vieillissement cérébral problématique.
  • En savoir plus : http://www.unige.ch/fapse/psychoclinique/upnc/

Rechercher Dans Le Blog

Pour nous contacter

Pour nous contacter, vous pouvez nous écrire à :

contact@mythe-alzheimer.org

18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 07:47

Laura Fratiglioni a présenté, lors du récent Geneva/Springfield Symposium on Advances in Alzheimer Therapy qui s’est tenu à Genève du 24 au 27 mars 2010, un point de vue sensiblement différent de celui de l'approche réductionniste biomédicale quant aux phénomènes associés au vieillissement cérébral; elle rejoint par là, sur certains points, la position de Whitehouse et George.

 

Abordant les facteurs de risque et de prévention de la Maladie d’Alzheimer, elle constate que l’allongement de la durée de vie moyenne a causé une augmentation de la prévalence* des troubles liés à l’âge, dont les troubles cognitifs. Ces troubles peuvent avoir divers degrés de gravité et diverses formes, allant de problèmes relativement bénins à des syndromes dits démentiels très invalidants. Mais elle souligne bien que l’âge reste le facteur de risque le plus important de développer une affection démentielle, ou des troubles cognitifs en général, ce qui suggère que les processus liés à l’âge pourraient être impliqués dans leur étiopathogenèse**.

 

De surcroît, les fortes associations entre la survenue de troubles cognitifs et l’augmentation de l’âge peuvent, du moins partiellement, être expliquées par le cumul d’une exposition, toute la vie durant, à divers facteurs de risque. Ainsi, selon cette approche, le risque de démence à l’âge avancé peut être considéré comme le résultat d’interactions complexes, tout au long de la vie, entre une susceptibilité génétique, des facteurs biologiques et des expositions environnementales. Il reste à déterminer quels facteurs étiologiques autres que le grand âge et la susceptibilité génétique jouent un rôle, mais les données scientifiques récentes soutiennent fortement le rôle potentiel des facteurs de risque cardiovasculaires et des facteurs psychosociaux dans le processus pathogène et les manifestations cliniques des troubles démentiels.

 

En conclusion, on a vu émerger au cours des dernières années un rôle significatif de la multimorbidité dans le vieillissement cognitif.

 

D’après Fratiglioni, L. (2010). Alzheimer's disease: Risk factors and Prevention. Neurobiology of Aging, 31, S11.

 

* Nombre de cas dans la population à un moment donné

** Cause et processus d’apparition et de développement d’une maladie

 

Laura Fratiglioni est une neurologue et épidémiologiste d’origine toscane, qui dirige maintenant le centre de recherche sur le vieillissement (Aging Research Center ; ARC) au réputé Karolinska Institutet à Stockholm. (Photo de Stefan Zimmermann)

 

Laura_F_StefanZimmerman.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Martial Van der Linden et Anne-Claude Juillerat Van der Linden mythe-alzheimer - dans Démythifier le mythe
commenter cet article

commentaires